Jardinage

La fleur



Ce sont eux qui rendent notre jardin magnifique, qui le rendent heureux, surtout au printemps, avec des couleurs vives et des senteurs délicates; mais en fait les fleurs, quelle fonction jouent-elles pour les plantes?
Presque toutes les plantes produisent des fleurs, bien que les angiospermes produisent en fait de "vraies" fleurs, tandis que les fougères et les gymnospermes (conifères) produisent d'autres structures pour remplir la fonction des fleurs.
Les fleurs sont les organes reproducteurs des fleurs, au sein desquels les gamétophytes femelles et mâles se rencontrent, par un processus appelé pollinisation, effectué par des insectes, des animaux ou par le vent.
L'intérieur de la fleur est divisé en plusieurs zones, presque concentriques, chacune ayant des fonctions différentes:
- La partie extérieure est appelée Calice, et se compose des sépales;
- À l'intérieur des sépales se trouve la corolle, souvent la partie la plus colorée de la fleur, constituée des pétales.
- Parmi les pétales, nous trouvons une structure gonflée en forme de goutte appelée gynécée; c'est la partie féminine de la fleur, où les œufs à féconder sont produits et libérés. La partie inférieure et allongée du gynécée est appelée ovaire et la partie supérieure, souvent sous la forme d'un filament, est appelée stigmatisation, l'ensemble ovaire et stigmatisation est appelé pistil.
- à l'intérieur de la fleur est également présente l'androcéan, ou la partie mâle de la fleur, qui produit et libère le pollen pour fertiliser les œufs; il est souvent dessiné avec plus de filaments, appelés étamines; la partie semblable à un pétiole est appelée filament, tandis que la partie supérieure, où le pollen est contenu, est appelée anthère.
De toute évidence, ces parties si divisées et claires ne peuvent facilement être vues que dans certaines fleurs, car chaque espèce de plante a évolué différemment, et peut donc présenter une corolle avec des pétales réunis pour former un long tube, des sépales colorés ou en forme d'écailles, un ovaire très agrandi ou très petit, une seule étamine ou plusieurs. De plus, de nombreuses plantes produisent des inflorescences au lieu de fleurs ou de groupes de fleurs, comme les lis calla ou les marguerites, qui rassemblent des centaines de fleurs, celles sur une longue tige, les autres dans un disque aplati.
Souvent, la forme de la fleur, sa couleur, son parfum sont dus à la manière dont la plante est fécondée:
- Les plantes qui transfèrent le pollen par les abeilles et les frelons, ou les petits oiseaux, ont souvent des fleurs assez simples, colorées et parfumées.
- Les plantes qui transfèrent le pollen par d'autres insectes, comme les mouches, ont des fleurs aux formes bizarres et à la mauvaise odeur.
- Les plantes qui transfèrent le pollen par le vent ou la pluie ont tendance à avoir des fleurs discrètes et intéressantes.
De plus, seules les fleurs parfaites contiennent toutes les parties que nous avons mentionnées, en fait, les plantes peuvent être divisées en deux groupes, les plantes monoïques, qui ont des fleurs constituées d'androcean et de gynaeceum attachées, ou même des fleurs avec gynaeceum et des fleurs avec seulement androcea sur la même plante; et les plantes dioïques, qui présentent des fleurs avec la sole gynécée et des fleurs avec la sole androceo; un exemple typique que nous connaissons tous est l'actinidia, ou kiwi, qui a des fleurs mâles sur certains spécimens et des fleurs femelles sur d'autres spécimens: évidemment, ces fleurs diffèrent considérablement en forme.

Fleurs et taxonomie



Les botanistes observent les plantes depuis des siècles, utilisant les fleurs et les feuilles comme clés dichotomiques pour attribuer une plante à un genre taxonomique; de nos jours la génétique est utilisée, ce qui en fait confirme souvent la taxonomie attribuée par l'observation des formes florales. La plupart des formes florales sont communes et particulières à chaque espèce; par exemple, toutes les astéracées (ou composites) produisent des capitules, des inflorescences aplaties, composées de dizaines de petites fleurs; toutes les orchidacées produisent des fleurs à corolle très particulière, souvent avec les deux pétales inférieurs réunis pour former un pétale élargi et allongé, appelé labelle; toutes les aracées produisent des inflorescences constituées par une espèce de panicule de petites fleurs sans pétales, sous-tendue par une grosse bractée, comme les calla ou l'anthurium; et ainsi de suite.
Ces caractéristiques permettent également à un simple passionné de jardinage de reconnaître une plante inconnue qu'il voit dans la pépinière, et ainsi de pouvoir la traiter avec les bonnes précautions.

Formes florales



Chaque plante développe alors une fleur qui est une sorte de modification de la forme de la fleur parfaite, évidemment chaque forme florale ou une inflorescence a un nom spécifique, pour pouvoir les indiquer sans malentendu; en plus de cela, il est possible d'indiquer une fleur en écrivant la formule florale, ou une simple phrase symbolique qui rassemble les caractéristiques d'une fleur. Il s'agit généralement d'une fleur typique d'une certaine famille, plutôt que d'une seule fleur, dans le sens où elle indique généralement la formule florale des Liliacées, et non la formule florale de la tulipe.
Les formules florales indiquent combien de pétales et de sépales forment la corolle et le calice, combien d'étamines et de pistils contiennent la fleur, la forme, etc., simplement à travers une courte chaîne de texte comme celle-ci: Ca5Co5A10 - G1
indique une fleur avec 5 sépales, 5 pétales, 10 étamines et 1 pistil.
Les divers noms attribués aux formes florales dépendent généralement de la forme attribuable au calice ou à la corolle, et ils sont nombreux, étant donné qu'il existe de nombreuses formes de fleurs dans la nature; de la même manière, il existe de nombreux noms qui indiquent les différentes inflorescences existantes, même si nous avons tendance à généraliser, et à combiner les différentes inflorescences en quelques groupes indicatifs, tels que panicule, parapluie ou similaire.
Il y a donc des adjectifs qui indiquent les formes des gobelets floraux: le gamosepalo est le verre dans lequel les sépales sont tous unis jusqu'au sommet, tandis que le tubulaire est un calice avec les sépales unis pour former un mince tube; vésiculaire est le calice avec une forme agrandie qui se rétrécit à l'apex, diasepalo est le calice avec les sépales très éloignés les uns des autres.
D'autres adjectifs indiquent la fleur dans son intégralité: apetalo est la fleur sans pétales, qui ne présente que les sépales du calice, tandis que asepalus est la fleur sans sépales, sans calice; omomero est la fleur qui a un nombre égal de sépales et de pétales, au contraire la fleur qui a un nombre différent de pétales et de sépales est hétéromère; epigino est la fleur qui présente l'ovaire placé en dessous par rapport au calice et à la corolle, tandis que l'hypogée est la fleur avec un ovaire placé plus haut que les pétales et les sépales.
Les noms des types de corolle suivent souvent les noms des familles de fleurs avec ces formes, cela nous indique combien la forme de la fleur est indicative et caractéristique de chaque famille taxonomiquement indiquée; il y a donc des corolles papavéracées, des cariofillacées (de l'œillet), des papilionacées (des légumineuses).
Cela se produit car il est difficile d'indiquer avec un seul adjectif une corolle de forme très particulière; pour indiquer les corolles moins complexes, il existe des adjectifs appropriés, tels que campanulata, ou la couronne en forme de cloche typique (narcisse), gamopetala lorsque les pétales sont presque soudés ensemble ou dialipetala lorsque les pétales sont très éloignés.
En plus de cela, les formes florales indiquent également combien sont les pétales qui composent la corolle, adjectifs que nous avons l'habitude d'utiliser, comme une simple fleur, double ou stradoppio.

La fleur: les inflorescences



Les inflorescences sont des groupes de plusieurs fleurs, rassemblées plus ou moins proches les unes des autres; l'inflorescence typique est l'oreille, avec une tige mince qui supporte de nombreuses fleurs, agrandie à la base; la grappe, ou bouquet, a des fleurs avec un pétiole qui tient sur une tige; le parapluie a plutôt des fleurs avec un pétiole inséré au même point, pour former une inflorescence hémisphérique, lorsque les pétioles sont de longueur différente, ils donnent naissance à un corimbo, qui constitue une sorte de toit droit. Le capitule est l'inflorescence typique des astéracées, comme la marguerite, avec un disque plat de petites fleurs, souvent avec la couronne externe de fleurs ayant un seul pétale; le spadice est plutôt l'inflorescence des aracées, avec une tige charnue qui supporte des dizaines de petites fleurs sans pétales.
Regardez la vidéo

Vidéo: La Fleur @ L'Aérosol for Cercle (Août 2020).