Fleurs

Fleur sauvage


Fleur sauvage


Si dans les espaces verts limités de la ville les fleurs sauvages sont vues aujourd'hui moins d'une fois, en périphérie il est encore possible de profiter du spectacle qui offre la flore spontanée et sauvage, avec ses couleurs et ses parfums. Les fleurs sauvages sur les collines et dans les montagnes sont en effet très variées: avec leurs différents types, elles créent des étendues multicolores de croissance spontanée, suggestives et impressionnantes. Mais est-il possible de faire pousser des fleurs sauvages dans votre propre jardin en ville? La réponse est affirmative: avoir un petit espace vert où poussent marguerites, trèfle, bourrache et mauve n'est pas une chose compliquée. Vous pouvez acheter les graines à la pépinière ou prendre les plantes directement dans les champs à la campagne. Tout type de fleur sauvage, qui n'a rien à envier aux espèces élégantes cultivées en pépinière ou en serre, elle est par nature très résistante et capable de pousser assez spontanément dans différents types de sols. Par conséquent, la création d'un jardin dominé par les fleurs sauvages ne sera pas difficile, l'important est de leur assurer un espace très ensoleillé - au moins un tiers de la journée - et un sol humide mais bien drainé, riche en engrais et en sels minéraux. Pour que les petites fleurs sauvages ne soient pas étouffées par les mauvaises herbes, un minimum d'entretien du jardin est nécessaire. Et pour avoir une pelouse panachée, vous pouvez essayer de mélanger différents types de fleurs.
Parmi les fleurs les plus résistantes et les plus belles du point de vue ornemental figurent le trèfle blanc, la mauve, la primevère, la marguerite et la bourrache. Parmi les plus difficiles à cultiver, le bleuet et le pavot. Voici quelques détails supplémentaires pour en savoir plus sur les différents types de fleurs sauvages.

Mauve et trèfle



Peu de gens savent que la mauve est l'une des nombreuses fleurs sauvages que l'on peut voir dans les étendues herbeuses de la campagne. Connue surtout pour ses propriétés curatives en phytothérapie, la mauve a une très jolie fleur composée de cinq pétales bilobés par une couleur rose-lilas et est une plante vivace annuelle qui peut même être ornementale à l'intérieur d'un jardin. Il est également possible de le planter dans des zones où les températures varient fortement car la mauve est une plante résistante et vigoureuse. Un sol particulier n'est pas nécessaire même si les sols secs ou sablonneux sont très adaptés. Concernant l'arrosage, à l'exception des longues périodes de sécheresse, cette fleur sauvage n'a pas besoin de beaucoup d'eau ni même d'engrais.
Et en plus de la mauve, il est bon de prendre en considération également le trèfle blanc (trifolium repens) qui appartient aux légumineuses et est très commun dans les prairies de campagne. C'est une plante qui pousse bien dans les climats tempérés, a une bonne résistance pendant les mois les plus rigides mais pas en cas de températures élevées et de sécheresse. Trifolium repens convient à un jardin en ville: il est solide, durable et résistant. Il préfère un sol frais et bien drainé, peut-être doté de substance organique et le moment idéal pour semer est le printemps. Les fleurs produites par le trèfle sont blanches veinées de rose et les feuilles vert clair sont ovoïdes avec des nervures évidentes.

La marguerite, simple mais ornementale



La marguerite commune, également connue sous le nom de "pratolina" et dont le nom scientifique est "pratolina bellis perennis", appartient à la famille des Astéracées, elle est commune dans toutes les prairies européennes et est répandue en Italie. Convient aux jardins en raison de son étalement avec un effet couvre-sol et de la délicatesse et de l'apparence de ses fleurs, la marguerite a une corolle jaune avec des pétales allongés blancs ou roses et violets. La marguerite est vivace, elle est semée entre avril et juin et pousse entre février et avril, annonçant l'arrivée du printemps et créant de belles étendues blanches même dans les plus petits espaces verts de la ville. La marguerite n'apprécie pas le climat sec donc elle poussera plus facilement là où le sol est humide: pour cette raison elle se retrouvera souvent aussi à la campagne et sur les collines.
La marguerite a des caractéristiques qui la rendent parfaite pour un jardin "à faire soi-même" en ville: elle n'est pas très exigeante, adaptable et résistante à diverses conditions. Lorsque le soleil s'en va, la marguerite incline la tête et ferme ses pétales tandis que lorsque les conditions météorologiques s'améliorent, elle tourne à nouveau en direction de la lumière.

La fleur de bourrache et ses propriétés


Beaucoup ne le sauront pas mais, à l'état spontané - dans les prés et souvent sur les chemins, le long des murs - il n'est pas rare de voir les gracieuses fleurs de bourrache en forme d'étoile bleue (nom scientifique "borrago officinalis) érigées sur des tiges et des feuilles couvertes de duvet, connue pour ses qualités officinales, elle était utilisée dans l'Antiquité pour ses propriétés de transpiration et de rhumatisme, et l'infusion et la tisane à base de fleurs de bourrache sont encore utilisées aujourd'hui comme tonique pour le système nerveux. en plus d'avoir des qualités relaxantes, ils sont également un antitussif efficace et sont largement utilisés dans la cuisine ligure (ravioli de bourrache). La bourrache est une plante annuelle, fleurit entre avril et fin d'été et se trouve à la fois dans les dans les montagnes.
Il peut être cultivé dans un sol fertile, parmi les herbes aromatiques, dans le jardin ou dans le jardin au soleil.
Pour obtenir la bourrache d'une année à l'autre, il est bon d'enlever les fleurs avant qu'elles ne flétrissent pour que les feuilles continuent de se reproduire.

Bleuet et coquelicot, deux raretés



Une fois dans les prairies, il était plus facile de voir ici et là des taches de couleur intense. C'était le bleu des bleuets qui aujourd'hui sont toujours plus rares mais toujours de la même manière, merveilleux. Les bleuets ont des pétales avec des bords dentelés et un bleu vif et délicat, et à l'intérieur ils contiennent d'autres petites fleurs violettes; la corolle peut être blanche ou rose. Et à côté des bleuets, il était autrefois facile de voir de gros coquelicots rouges, même juste à l'extérieur des centres urbains. Son nom scientifique est Papaver Rhoeas et aujourd'hui, entre mai et juillet, il peut encore être vu, même en quantités nettement inférieures, en raison de la pollution et de l'utilisation de pesticides. Les coquelicots, avec leur couleur, ont été une source d'inspiration pour les artistes et les peintres: les pétales sont grands et de couleur vive, le pistil est noir et large et les feuilles sont dentelées. Une curiosité: à l'époque romaine, le coquelicot atténuait les douleurs de l'amour alors que dans la Grèce antique il était porteur de fertilité. Consommé ensuite avec du vin et du miel, il donnait de l'énergie et de la vigueur: c'était une sorte de dopage. Le bleuet et les coquelicots, en raison de leurs couleurs et de leurs formes, seraient très adaptés à la décoration d'un jardin mais ne sont pas faciles à cultiver.